FORUM FERMÉ


Partagez| .

(2002) but you will remember me for centuries. (desroses)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
WIZARDS ∞ It's where my demons hide
ϟ HIBOUX ENVOYÉS : 119
ϟ PSEUDO : LYDIA. (Morgane)
ϟ AVATAR : Sam Claflin.
ϟ CRÉDITS : @charlielaqueeen (avatar)
ϟ MES COMPTES : hugo l'escargot, pis c'est tout.

ϟ ÂGE : vingt-trois hivers.
ϟ SANG SORCIER : sang pur, et les dommages qui vont avec.
ϟ PROFESSION : amoureux des mots, écrivain, journaliste, poète, il écrit.
ϟ ANCIENNE MAISON : beauxbâtons, le chic à la française.
ϟ BAGUETTE MAGIQUE : bois de cerisier, cheveu de sirène, prédisposée aux sortilèges informulés, 22 centimètres.
ϟ PATRONUS : un lion, mais la bête s'efface de plus en plus pour ne laisser place qu'à un félin perdu.
ϟ ÉPOUVANTARD : un clown en porcelaine.
ϟ POINTS RP : 10370

MessageSujet: (2002) but you will remember me for centuries. (desroses) Mer 15 Juil - 10:41



Il se cherche, Hugo. Car ce qu'on est aujourd'hui n'est pas ce qu'on sera demain. Parce qu'il a vingt-trois ans, Hugo. Et qu'à vingt-trois ans on est con, pas vrai qu'on est con ? Mais avec la guerre, par les temps qui courent, on a pas le droit d'être con, on ne peut pas s'offrir ce plaisir-là, ce serait injuste vis-à-vis de tous les autres, de tous ceux qui font face, qui se battent du plus profond d'eux. Vis-à-vis de tous les résistants, les vrais, qui croient dur comme fer en leur cause, qui pensent sincèrement qu'ils ont raison, qu'ils sont sur le bon chemin, dans la meilleure voie possible. Qu'ils le pensent, ça les fera espérer. Et pour gagner, espérer est le meilleur remède. L'espoir est la seule chose plus forte que la peur, et ça Hugo l'a bien compris.
C'est pour ça qu'il est ici.
Pour s'abreuver d'espoir, pour le boire jusqu'à ce que sa soif s'étanche. Pour goûter à la résistance, croquer dans ce fruit magique, interdit, qui fait saliver tant de monde. Elle est belle, la résistance. Putain qu'elle est belle. Elles sont belles les filles, aussi, ici, mais ce n'est pas la question. Hugo n'est pas là pour ça. Hugo, il est là pour Mafalda. Pour lui dire que la résistance oui c'est beau, oui il sait que c'est beau, oui c'est ici qu'on se bat pour un monde juste mais je m'en fous de l'égalité, Camel elle est morte et c'était pas juste du tout. Pour lui dire viens, viens Mafa prends tes affaires, fais tes adieux et on s'en va. Même qu'on ne reviendra pas. Oui, je suis désolé de te l'apprendre, mais on ne reviendra pas. Bouge tes fesses, Mafa, Camille a besoin de toi, sa tombe a besoin de tes bras. Bouge tes fesses, Mafa, me frappe pas s'il te plait, putain, c'est pour ton bien. Pour ton bien, juste pour ton bien. Il est là pour son bien, il l'a accompagnée pour son bien, il est rentré dans les rangs des Never Forgive pour son bien. Puis le pacte avec l'autre fou, c'était pour elle, aussi.
Il donnerait sa vie pour Mafalda, Hugo. Et ce, depuis qu'il est gamin. Et ce, promis juré craché, jusqu'à la fin des temps. Même quand les poules auront des dents, même quand la terre ne tournera plus dans le bon sens, même quand les gouttes tomberont du sol, que les nuages auront arrêté de vivre dans le ciel, il sera là pour elle. Une promesse est une promesse, et le tatouage dans le cou d'Hugo lui rappelle jour après jour les mots glissés dans l'air qu'ils se sont chuchotés tous les trois. À jamais, qu'ils ont siffloté. À jamais.
Et c'est pour ce à jamais qu'Hugo est là. Pour le à jamais de son enfance, il a débarqué dans la résistance. Vous pouvez le voir, Hugo, il a débarqué hier. Il ne sait pas où il est, il est perdu, putain. Il comprend rien. Il voit les gens qui s'agitent partout, qui rigolent entre eux. Le Ministère est occupé, et ça a l'air de réjouir toutes les têtes. Ça ne réjouit pas son père, mais Hugo s'en fout de son père. Tout comme Hugo s'en fout de la résistance. Hugo s'en fout de tout, car Hugo n'a plus rien. Et Merlin sait que lorsqu'on est vide, sans rien, on perd goût à la vie, on perd son envie de s'intéresser à des choses diverses et variées. C'est ce qui est arrivé à Hugo après la mort de Camel. Mais regardez-le, aujourd'hui il est là. Il déambule, regarde les têtes. Il veut essayer de glaner des informations par-ci, des informations par-là. Il a besoin de ces informations. Alors il observe, essaye de voir s'il reconnaît des visages. Quelque part, il semble reconnaître un visage, c'est Neville Longbottom, Mafa a déjà parlé de lui. Il grimace, Hugo. Dites bonjour à la jalousie, il est jaloux de Neville comme pas permis. Quelques mètres plus loin, il a l'impression de voir quelqu'un qu'il connaît. Qu'il ne connaît que trop bien. Mais c'est pas possible, pas vrai ?
N'empêche que.
Il connaît ces cheveux-là. Il les a vus toute son enfance.
Mais c'est impossible, putain.
Impossible.
La seconde suivante, elle tourne la tête et lorsqu'il la voit, Hugo ne peut retenir un « Oh putain. ». Il a parlé en français, elle l'a forcément entendu. Il ne sait pas s'il doit se cacher, s'il doit l'ignorer. Son cœur tremble. Il n'est pas seul. Dans sa tête, une flopée de souvenirs remontent à la surface. Il ne peut pas ignorer sa sœur, pas maintenant. Il a besoin d'elle, c'est vital. Il l'aime tellement. Mais il ne l'avouera jamais, pas vrai. Ne jamais exprimer ses sentiments. Jamais. Il s'approche d'elle par derrière, il ne sait pas quoi dire. Il respire fort, prend son courage à deux mains. « Clé ? » C'est même pas un appel, même pas un bonjour, c'est juste un son incertain. Il a vu le visage de sa sœur, mais il n'arrive toujours pas à croire qu'elle est là.
Clélia est une rebelle, il le sait. Mais elle, ici ? C'est irréel. Ça lui donne la migraine, à Hugo. Il est perdu.



And I try, oh my god do I try, I try all the time in this institution. And I pray, oh my god do I pray, I pray every single day for a revolution. And so I cry sometimes when I'm lying in bed. Just to get it all out what's in my head.


Spoiler:
 


Dernière édition par Hugo Desroses le Ven 17 Juil - 14:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ∞ we rule the world
ϟ HIBOUX ENVOYÉS : 70
ϟ PSEUDO : dark skies (lia)
ϟ AVATAR : phoebe tonkin.
ϟ CRÉDITS : @gentle heart + @phobetonkin.tumblr
ϟ MES COMPTES : only one.

ϟ ÂGE : vingt-deux ans.
ϟ SANG SORCIER : de sang-pur français.
ϟ PROFESSION : ancienne membre du magisterium.
ϟ ANCIENNE MAISON : elle a fait ses études à beauxbatons, chez les antares.
ϟ BAGUETTE MAGIQUE : en bois de rose, mesurant vingt-quatre centimètres quarante trois, et contenant une écaille de sirène.
ϟ PATRONUS : son patronus, représente une chouette. symbole de sagesse.
ϟ STATUT MATRIMONIAL : aujourd'hui fiancée, la jeune femme était auparavant connu pour refouler de nombreux prétendants. elle n'a eu d'autres choix que d'accepter ce dernier, du nom d'orion bulstrode.
ϟ POINTS RP : 10488

MessageSujet: Re: (2002) but you will remember me for centuries. (desroses) Mer 15 Juil - 14:10


~~~
can't help myself but count the flaws,
claw my way out through these walls.
one temporary escape,
feel it start to permeate.


elle inspire profondément, tirant sur la cigarette avec insistance. elle inspire la fumée, la laisse pénétrer ses poumons, puis la recrache. formant des formes étranges, de fantômes et autres monstres sortis des fourrés. les cigarettes magiques de poppy chan, étaient les meilleures sur le marché. la jeune fille en inspire une nouvelle fois, avant de passer une main dans ses cheveux. elle remarque neville au loin, et les autres, en train de s'affairer aux préparatifs d'une mission. une mission à laquelle elle n'est pas conviée, bien évidemment, car cette dernière pourrait mettre en échec sa couverture. et ça, c'est complètement inenvisageable. elle avait acceptée de les aider avec cette condition, lorsqu'elle avait rencontré mafalda. elle se souvient du temps qu'elle avait mit à la pister et à la retrouver, et une part d'elle, était fière d'avoir commencé ce travail, avant son départ de la france. la france lui manquait d'ailleurs, considérablement. parce qu'elle était sa patrie, son enfance, son passé, et son possible avenir. et parce que lilo était toujours là-bas. lilo sa douce lilo. sa magnifique lilo. sa petite sœur qu'elle aimait tant. elle était partie et avait rejoint la résistance pour elle, en partie. parce qu'elle savait qu'en aidant son amie la sulfureuse weasley, elle pourrait par la même occasion, faire en sorte que sa sœur soit toujours protégée en france, loin des mains glacées et venimeuses du mage noir. sa sœur était sa priorité, et elle était aussi celle d'hugo son frère. elle en était certaine. lorsque ce dernier avait perdu son ami camille, elle avait remarqué à quel point il était tombé en morceaux. elle avait tentée, elle avait tentée de lui faire reprendre pied. mais hugo n'avait pas envie d'être aider, pas par clélia en tout cas. et frustrée, mais empathique, la jeune sorcière avait arrêté les efforts pour le faire revenir sous la lumière. elle l'aiderait quand il voudrait être aider. mais elle le savait, ce moment arriverait dans bien longtemps. d'autant plus que son frère, comme ses cousins, avait rejoint les rangs du mage noir. aux côtés de leur parent. elle était la seule qui se disait neutre, mais qui avait accepté de vivre avec cedrella, une sorcière infiltrée. cette dernière assurait donc la couverture de clélia, en plus de sa neutralité qui se disait aller pro-gouvernement. elle écrase sa cigarette sur le sol, frottant son pied dessus, avant de rentrer. « j'en veux une. » elle se sent agressée la française, face au ton de l'égyptienne. elle ne sait pas laquelle elle est d'ailleurs, les deux jumelles se ressemblant comme deux gouttes d'eau. mais face au ton autoritaire, et à l'allure sauvage de celle qu'elle a en face d'elle, elle opte pour neferâh. « ils ne t'apprennent pas la politesse de là où tu viens? » elle lui sourit la louve, d'un sourire carnassier. et clélia elle recule un peu, parce qu'elle se rend compte que cette neferâh dégage vraiment quelque chose de terrifiant. « écoute, jolie cœur, peu importe que j'utilise des formules de politesse ou pas, j'aurai ce que je veux. alors, je réitère, je veux l'une de tes cigarettes. ne me force pas à te menacer pour avoir quelque chose d'aussi futile. » elle arque un sourcil, la française. et elle se retient de rire. cette fille pense vraiment pouvoir faire le poids contre elle. elle plonge son regard dans le sien, puis l'égyptienne la colle contre un mur, d'une manière sauvage et séductrice. « on sait toutes les deux, que je pourrai t'écorcher vive et faire mes ongles en même temps. » et ses yeux s'écarquillent à clélia, parce qu'elle est sous le choc. parce qu'elle vient de dire ça sur un ton tellement serein et menaçant à la fois, qu'elle y croit la française. elle sent que l'égyptienne en serait capable, et que pour un rapport de force, clélia ne ferait pas le poids. alors elle lui offre une cigarette, elle lui en donne même une seconde et une troisième. et la sorcière à l'exotique beauté, la laisse tranquille. elle s'avance dans les couloirs, passe à côté de tête connue. puis elle l'entend, elle l'entend sa voix. « oh putain. » dans un français parfait, avec sa voix à lui. elle s'arrête, elle n'ose pas se retourner. elle n'ose pas lui faire face. parce qu'elle ne sait pas comment réagir, elle ne sait pas ce qu'elle pourra lui dire. comment lui dire que oui, elle fait parti de la résistance. et qu'est-ce qu'il fait là d'abord ? elle fronce les sourcils, avant de baisser les yeux vers le sol. elle ricane doucement. son frère et son père, étaient de véritables fourbes. elle était certaine, qu'il faisait parti des mangemorts, pas plus tard qu'hier. et aujourd'hui il était ici ? il ne fallait pas la prendre pour une conne. « clé? » elle se retourne la rebelle, et elle lui sourit. de son sourire sarcastique, celui qu'elle réserve généralement à son père. « hugo. » elle croise les bras sur sa poitrine, avant de se décider à le prendre par le bras et à l'entraîner dans un couloir vide. « qu'est-ce que tu fais là? » dit-elle dans un français parfait, afin que personne ne puisse les comprendre. elle le plaque contre un mur, comme elle s'est elle-même fait plaquer il y a quelques minutes. et reste dangereusement proche de son frère, attendant avec impatience, l'excuse qu'il va lui concocter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
WIZARDS ∞ It's where my demons hide
ϟ HIBOUX ENVOYÉS : 119
ϟ PSEUDO : LYDIA. (Morgane)
ϟ AVATAR : Sam Claflin.
ϟ CRÉDITS : @charlielaqueeen (avatar)
ϟ MES COMPTES : hugo l'escargot, pis c'est tout.

ϟ ÂGE : vingt-trois hivers.
ϟ SANG SORCIER : sang pur, et les dommages qui vont avec.
ϟ PROFESSION : amoureux des mots, écrivain, journaliste, poète, il écrit.
ϟ ANCIENNE MAISON : beauxbâtons, le chic à la française.
ϟ BAGUETTE MAGIQUE : bois de cerisier, cheveu de sirène, prédisposée aux sortilèges informulés, 22 centimètres.
ϟ PATRONUS : un lion, mais la bête s'efface de plus en plus pour ne laisser place qu'à un félin perdu.
ϟ ÉPOUVANTARD : un clown en porcelaine.
ϟ POINTS RP : 10370

MessageSujet: Re: (2002) but you will remember me for centuries. (desroses) Ven 17 Juil - 15:58



« Hugo. » Elle dit son nom, elle le dit comme on croque dans un morceau de viande, comme on redécouvre son frère. Il a peur, soudain, Hugo. Un machin lui traverse le corps, il a l'impression de se prendre un seau d'eau glacée en plein la gueule. Il ne sait pas quoi faire devant Clélia, il ne sait pas quoi lui dire. Comme s'il pouvait dire quelque chose, comme s'il pouvait s'expliquer. Il est surpris de la voir ici, incroyablement surpris, mais un coin de sa tête réalise que Clé a toujours joué à la rebelle, à la je m'en fous des règles, et que si elle est ici c'est qu'elle doit sûrement croire aux idées un peu trop grandes de la résistance. Et s'il est surpris de la voir ici, il se demande ce qu'elle en pense de lui, elle. Après tout, Hugo est l’aîné. Hugo est celui qui a été élevé dans les mœurs familiales. Hugo est celui qui a toujours parfaitement obéi, qui a toujours bien parlé, bien agi. Qui n'a pas bronché quand ils sont arrivés en Angleterre, s'assurant seulement de la sécurité de sa plus jeune sœur. Puis, de toute façon, ça crève les yeux, ça se voit à dix kilomètres, Hugo il ne sait plus où il en est. Alors que Clélia, elle a l'air sûre d'elle. Il la regarde, et il a l'étrange sentiment qu'elle est à sa place. Mais il n'a pas le droit de penser ça, pas vrai ? Parce que la résistance, c'est pour ceux qui croient à un avenir surfait. N'empêche qu'Hugo, il se plaît à penser que Clé est là où elle doit être. « Ouais », souffle-t-il. Comme pour montrer que c'est bien lui. La seconde suivante, sa sœur lui prend le bras. Il la suit sans broncher, elle lui doit des explications. Lui aussi il doit lui expliquer des choses, mais il va se contenter de nager dans les mensonges. C'est pas comme s'il pouvait lui dire la vérité. Clé le tuerait. Ou alors, elle le dirait à Mafa, Neville, ou un autre de la résistance. Et la personne en question le tuerait. Non, définitivement, Hugo ne pouvait se résoudre à lui dire la vérité. Il aurait voulu, en plus. Vraiment, sincèrement. Alors il se résigne à mentir, à prétendre comme il a prétendu devant Mafa et devant tous les autres. Il dit qu'il est là parce qu'il y croit plus ou moins, parce que Voldemort peut être battu et que la situation ne peut plus durer. Il sent qu'il arrive dans un couloir. Il ne sait pas où il est, le Hugo. Il est perdu. Pour changer. « Qu'est-ce que tu fais là? » Clélia le plaque contre un mur, elle lui bloque le passage. Il ne peut pas fuir, le français. Lui qui, toute sa vie, a couru devant les inégalités, ne cherchant pas à les éliminer. Lui qui, depuis vingt-trois ans, n'a jamais cherché à faire quelque chose de grand, de beau. Lui qui, en ce moment toujours perdu, toujours brisé, a néanmoins réussi à trouver un moyen de protéger sa meilleure amie. Lui qui, Clé le sait, a le cœur défoncé, shooté aux sentiments mauvais. Un cœur que personne n'a pu réparer et qui gît dans sa poitrine sans vraiment savoir quoi faire. Il hausse les épaules. « J'ai croisé Mafa, je lui ai sauvé la vie, on est resté un peu ensemble, le temps d'aller mieux, le temps de parler... » Sa voix se brise, il tousse, comme pour enlever le poids de sa gorge, le gros truc qui n'arrive pas à sortir et qui, étrangement, à une douce couleur Camel. « Enfin, tu sais. » Mais est-ce qu'elle sait pour Camille ? Est-ce que c'est parvenu à ses oreilles ou est-ce qu'elle ignore encore pourquoi son frère est triste en permanence, pourquoi son frère ne regarde plus les filles, ne regarde plus les gens, se contente d'essayer de protéger ceux auxquels il tient. Est-ce qu'elle sait pourquoi son frère boit un peu trop, fume un paquet par jour ? « Puis elle m'a amenée ici et maintenant, maintenant, je suis ici. » Il sait mentir, Hugo. Il sait mentir comme un dieu, mais devant Clélia, Clélia qui partage son sang, à qui, parfois tard le soir, il ressemble étrangement, il n'a pas voulu lâcher de connerie. Tout ce qu'il a dit est vrai. Tout ce qu'il a dit à un sens caché. Il attend un peu, le temps d'un silence. De sa poche, il sort un paquet de cigarettes. Il en allume une, la porte à sa bouche. Il tend le paquet vers sa sœur, qu'elle en prenne une si elle en a envie. « Et toi, qu'est-ce que tu fais ici ? » Des mots lui brûlent les lèvres, il a envie de crier des choses à sa sœur. Tu me manques, tu sais. Tu t'en fous, sûrement, mais tu me manques. Et le temps où tout allait bien me manque aussi. Qu'est-ce que tu fous Clé ? Te mets pas en danger, putain. Je veux pas que tu ailles mal, t'es ma sœur quand même.



And I try, oh my god do I try, I try all the time in this institution. And I pray, oh my god do I pray, I pray every single day for a revolution. And so I cry sometimes when I'm lying in bed. Just to get it all out what's in my head.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (2002) but you will remember me for centuries. (desroses)

Revenir en haut Aller en bas

(2002) but you will remember me for centuries. (desroses)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» + Some Legends are told some turn to dust or to gold but you will remember me for centuries +
» remember me for centuries (scar)
» Aiden + Remember me for centuries.
» remember me for centuries. (astoria)
» Le 20 juin... Remember Cosmos 1999...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FEUDEYMON :: 
Hors du temps
 :: ϟ écrire un flashback
-