FORUM FERMÉ


Partagez| .

(harnie) - talking to the walls

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
WIZARDS ∞ It's where my demons hide
ϟ HIBOUX ENVOYÉS : 160
ϟ PSEUDO : Sissy (Sane)
ϟ AVATAR : Evan Peters
ϟ CRÉDITS : .lollipops (avatar) Tumblr (Gifs) belzébuth (code signature)
ϟ MES COMPTES : Aucun signe de schizophrénie pour le moment (:

ϟ ÂGE : vingt + 2
ϟ SANG SORCIER : Insupportablement pur
ϟ PROFESSION : travaille à la taverne miteuse the broken crown.
ϟ ANCIENNE MAISON : Poufsouffle, les jaunes et noirs gouverneront le monde
ϟ BAGUETTE MAGIQUE : 20cm tout juste en chène blanc et contient un croc de dragon
ϟ PATRONUS : un sanglier, mais il n'a pas montré le bout de son nez depuis des lustres
ϟ ÉPOUVANTARD : Autrefois, son épouvantard prenait la forme du seigneur des ténèbres, mais sa fait un sacré bout de temps qu'il n'a pas croisé ses spectres de la mort...
ϟ STATUT MATRIMONIAL : en couple avec les ténèbres.
ϟ POINTS RP : 14017

MessageSujet: (harnie) - talking to the walls Dim 26 Juil - 2:52



hannah & Ernie

Comme à chaque mardi, l'homme sans volonté sortit de son lit avec la désagréable sensation qu'il n'avait pas fermé les yeux de la nuit. De toute façon, lorsque c'était le cas, il s'effondrait pour voir et revoir sans cesse le geste infâme qu'il avait commis. Ayant un rythme de vie de nuit, il ne pouvait se permettre de voir le levé du jour et lorsque c'était le cas, c'était lorsqu'il finissait son quart de travail à la Couronne Brisée très tard -ou plutôt trop tôt-. Assit dans son lit, tout en sueur, il respirait bruyamment. Le soleil brûlait déjà ses draps qui occupaient son lit plutôt en tant que décoration qu'accessoire. En bas, dans la rue, les cris stridents des passants s'unissaient à merveille avec le bourdonnement des pneus qui glissaient sur la chaussée. Même le sifflement de la cigale était de la partie créant un mal de tête atroce à Ernie. Il faisait chaud. Extrêmement chaud. C'était l'une de ses journées ou bouger était une réel épreuve en sois. Il essuya son front d'un revers de main et sorti de son lit. Il avait loué un petit appartement, non loin du chemin de traverse dans un quartier moldu. Cela lui permettait de s'éloigner. Sa maison familiale, il y allait le moins possible. Son sous-sol, plus précisément, il l'avait en horreur. Son appartement était petit et graisseux. Il ne prenait même pas la peine de faire le ménage vu le peu de temps qu'il y séjournait et s'il y avait bien une chose de bien dans la magie, c'était qu'en un seul tour de main, il pouvait ranger ce bazar sans avoir à mettre le moindre effort. Finalement, après avoir pris une bonne douche froide et s'être regardé dans le miroir -s'être vu aussi cerné, blanc à en faire pâlir les fantômes et avoir passé ses mains dans ses cheveux bruns sans vie pour tenter de les peigner en vain- il transplana silencieusement dans l'allée des embrumes.

Ernie se surpris à penser qu'il ressemblait de plus en plus à ces personnes qui vivaient dans cette rue sombre et peu accueillante. Ceux qui sont peu dignes de confiance. Ceux qui sont en quêtes d'argents, mais qui n'ont qu'une seule réel envie, vous dépecez vivant pour prendre tous vos biens. Ils étaient si semblables que ceux-ci ne s'occupaient même plus du jeune garçon. Comme une ombre, il se faufila discrètement vers la Couronne Brisée sans demander son reste. En rentrant dans l'enceinte, il retrouva  l'essence néfaste qu'abritait l'édifice. Cette odeur qui lui avait foutu la chair de poule  la première  fois qu'il l'avait senti, mais qui, aujourd'hui, le rassurait, comme s'il était de retour chez lui, son vrai chez lui. Les clients les plus coriaces étaient toujours à leur poste. À croire qu'il n'avait pas de maison et qu'il dormait à même le bar. Lorsqu'il franchit le pas de la porte, ceux-ci affichèrent leur plus beaux sourire. Les dents brunes et croches étaient au rendez-vous. De plus, leurs regards donnaient plutôt dans l'inconfort que dans l'agréable, mais Ernie, pour sa part, se contenta de leur faire un signe de tête  comme s'il s'agissait de vieux amis -et c'était  presque le cas-. Se mettant bien vite au boulot, il perdit totalement la notion du temps. Il savait toutefois que le soleil s'était couché lorsqu'il alla porter les poubelles dans la benne à ordures sur le côté du pub. La chaleur, elle, devenait de plus en plus désagréable. Empoignant fermement de ses deux l'un ces deux sacs de poubelles qui devaient peser dans les deux tonnes à lui seul, l'ancien Poufsouffle, le passa par-dessus son épaule jusqu'à le lancer dans la boite de métal. Tout de suite, le sac s'envola par un tour de passe-passe conçu par le ministère de la magie. C'est au moment où il empoigna le deuxième sac qu'il l'a vit...

Cette tignasse blonde. Cette démarche timide et ferme tout à la fois. Ses bras maigrichons qu'il avait si souvent sentit autour de son cou. Il l'aurait reconnu parmi tous, même si elle avait tentée de se cacher. À une époque, ils avaient tout partager. Elle venait pour lui. Il le savait. Bien sûr, l'ambiance à la Couronne Brisée avait changé depuis la défaite des Pro-Voldemort au ministère, mais cet endroit était, encore aujourd'hui, un lieu peu fréquenté par les bons gens et encore moins par ceux qui avaient leur visage placardé sur une affiche d'avis de recherche il y a si peu de temps. D'une autre côté, il y avait peu de chance qu'une personne ne fréquentant que le chemin de traverse et ses environs ne la reconnaisse puisqu'il avait ce plaisir coupable d'ensorceler toutes les affiches qui avaient porter sa photo pour la rendre méconnaissable. Même en prenant en compte ce facteur, elle ne pouvait prendre autant de risque. Il lâcha précipitamment le deuxième sacs de poubelles avant de rentrer à l'intérieur  du pub par la porte du back-store. Il devait se rendre à elle avant qu'elle ne rentre. En chemin, il poussa un client qui échappa sa pinte de rhum groseille au passage. Quelques insultes plus tard, sa collègue de travail, Greengrass, arrangea  le tir en lui servant aussitôt la même commande. Il crut entendre cette dernière soit lui demander ce qu'il faisait, soit une nouvelle commande, mais cela lui importait peu. Avant qu'Hannah ait eu le temps de mettre le pied, Ernie lui prit violemment le bras. - Suis moi. Chuchota t-il entre ses dents à la hauteur de son oreille avec un ton peu joviale. Il l'emmena, sans plus attendre, à son emplacement initial, près  de la benne à ordures. - Si tu veux un verre, je vais t'en servir un ici et ensuite tu fous le camp. À ta place j'aurais choisi un autre bar. Sec, mais elle devait comprendre qu'elle n'avait pas sa place ici, à la Couronne Brisée et surtout, qu'elle n'avait pas sa place près de lui. Plus maintenant.



broken soul

 
I wanna hide the truth. I wanna shelter you. But with the beast inside. There’s nowhere we can hide. No matter what we breed. We still are made of greed. This is my kingdom come. When you feel my heat. Look into my eyes. It’s where my demons hide. Don’t get too close. It’s dark inside. It’s where my demons hide ♫♪ imagine dragons © belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.feudeymon.com/t1307-life-was-such-a-precious-thing-ea

(harnie) - talking to the walls

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (harnie) - talking to the walls
» Talking to the moon ◎ 12/07 | 01h25
» can't help myself but count the flaws, claw my way out through these walls (27/03, 19h25)
» Bringing Down Jericho Walls
» They’re talking about you boy, but you still the same. (13/06 à 22h22)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FEUDEYMON :: 
Le chemin de Traverse
 :: Knockturn Alley
-